Le cocu volontaire ou le plaisir d’offrir sa femme

Le cocu volontaire : le plaisir d'offrir sa femme

Le candaulisme est une pratique libertine dans laquelle l’un des partenaires, le plus souvent l’homme, consent à “être cocu” par l’autre. On vous explique en quoi cette apparente infidélité peut être source de plaisir pour le couple.

Le cocu volontaire ou celui qui en avait une belle paire

“Lui, il a une de ces paires de cornes ! Le pauvre type ne doit même plus passer la porte !”

On l’aime bien le cocu. Personnage mythique des pièces de théâtre, bouffon malgré lui, il est la cible facile des moqueries les plus basses.

“Sa femme, il n’y a que le train qui ne lui est pas passé dessus… Et il devait être dedans !”

Oui, c‘est l’évidence même : si le cocu est cocu, c’est qu’il n’a pas su combler et donc retenir sa femme. Le cocu n’est pas un “vrai mec”. Car tout le monde le sait, un homme, un vrai, lui, sait satisfaire sexuellement sa femme. Preuve suprême de sa virilité. (Ou en tout cas, il sait s’en faire respecter pour l’empêcher d’aller chercher ailleurs ce qu’elle n’a pas dans la chambre à coucher.)

Sauf que…

Que dire de l’homme qui accepte que sa femme aille explorer d’autres horizons ? Qui choisit lui-même sa position de cocu ? Qui a tellement confiance en lui-même, en son couple, en sa partenaire qu’il renonce à imposer l’exclusivité sexuelle à celle-ci ? Que dire de cet homme qui place la liberté et le désir de sa femme avant sa peur de la perdre et son désir de la posséder pour lui tout seul ? Finalement, n’est-ce pas lui qui en a une belle paire ? (Et non, cette fois nous ne parlons plus de cornes …)

Le cocu volontaire : le plaisir d'offrir sa femme

Le cocu volontaire, cet homme idéal

Imaginez Mesdames, un homme avec qui vous pourriez partager vos fantasmes – TOUS vos fantasmes sans jalousie aucune. Oui, même les plus inavouables, même ceux qui impliquent d’autres hommes. Imaginez qu’un tel homme – le vôtre ! – non seulement soit reconnaissant que vous partagiez avec lui cette partie de votre jardin secret mais qu’en plus il vous encourage à l’explorer d’avantage encore. Imaginez qu’il vous incite à assouvir ces fantasmes. Mieux encore, qu’il les fasse sien.

Quelle délicieuse sensation de liberté… Effrayante aussi ! Et certainement pleine de paradoxes pour nos cultures tellement habituées à associer la fidélité à l’exclusivité sexuelle. Pourtant renoncer volontairement à cette dernière, c’est se donner la chance de vivre une expérience extraordinaire que seuls peu de couples osent vivre : le candaulisme.

Imaginez avoir un mari et un amant (ou plusieurs !), pouvoir bénéficier de la solidité du couple tout en savourant l’exquis frisson de l’adultère, jouer sur les deux tableaux en toute impunité car à la fin, tout est partagé avec le partenaire officiel. Et c’est là l’une des clés du succès des couples candaulistes : savoir conjuguer le plaisir cérébral de l’un avec le plaisir physique de l’autre, remettre son couple au cœur de sa sexualité en partageant ses fantasmes et en acceptant les désirs individuels de chacun.

Quand les aventures extraconjugales de Madame deviennent un carburant érotique pour le couple

A présent, à vous Monsieur de vous projeter dans ce monde de possibles. Savez-vous pourquoi certains petits garçons aiment prêter leurs jouets ? Parce qu’ils ont compris qu’en faisant ça, ils devenaient les rois de la récré. Prêter, c’est réaffirmer sa propriété sur une chose car après tout, on ne peut prêter que ce que l’on possède ! De la même façon, laisser votre femme libre d’assouvir ses désirs avec d’autres, c’est la laisser libre de choisir de vous appartenir.

Il existe différents niveaux de candaulisme : il y a le cocu discret qui observe (presque) sans se faire voir les ébats des amants, celui qui ne voit rien mais à qui sa femme raconte tout dans le moindre détail et puis il y a aussi le cocu “actif”, qui offre sa partenaire à d’autres hommes.

Le plaisir de ce dernier, c’est d’observer l’objet de son désir prendre du plaisir. Il assiste à ce film X tout ce qu’il y a de plus live, dans lequel son actrice préférée suit à la lettre un scénario très personnel basé sur ses plus grands fantasmes. Il peut aussi se faire réalisateur, guidant les amants dans leurs ébats, aidant sa partenaire dont il connait bien le corps et les désirs à obtenir un plaisir plus grand encore…

Les couples candaulistes : unis, complices et épanouis

Lors de tels séances, le corps des deux partenaires devient hyper-réceptif à ce qui les entoure. Ils entrent dans un monde d’interdits avec un tel aura de surréalité qu’ils ont l’impression de vivre hors du temps, de s’échapper de leur vie le temps d’une soirée. Cette sensation ne tarit pas par la suite. Ils continuent d’évoluer dans leur sexualité et sans leur couple.

La femme de l’homme candauliste se sent objet de deux désirs, celui de son amant et celui de son mari. Elle se sent belle, désirable, sexuelle. Elle prend confiance en elle et cela se ressent dans sa vie libertine, dans sa vie sexuelle de couple et dans sa vie “civile” !

L’homme candauliste explore de nouveaux fantasmes et découvre de nouvelles formes de plaisir, plus cérébrales. En dépassant les limites de son insécurité, il devient un homme à la fois plus apaisé et plus audacieux.

Oser être candauliste, c’est cultiver à deux un jardin secret qui n’appartient qu’au couple, l’écrin d’une complicité et d’une confiance réciproque. En osant explorer ensemble des contrées surprenantes, on redécouvre son corps et son plaisir, ses envies et ses fantasmes. On se réinvente au quotidien dans le respect et l’amour de l’autre.

4 commentaires sur “Le cocu volontaire ou le plaisir d’offrir sa femme

  1. Méli Mélo le 24 décembre 2017 à 0 h 41 min dit :

    Analyse de la situation très proche de ce que nous partageons avec ma compagne. Seul le mot “cocu” me semble inapproprié dans ce qu’il a de dégradant pour l’homme candauliste. Je ne me sens pas cocu du tout. Je suis un candauliste actif… je suis présent chaque fois que ma douce rencontre un de ses amants. Je lui en propose même… Je partage cette pratique volontairement, librement avec ma moitié. Le cocu est celui qui ne sait pas qu’il l’est. Sinon, cette pratique sexuelle réveille dans l’homme son côté féminin dans la mesure où il partage le plaisir de sa femme quand elle est avec son amant. C’est une expérience merveilleuse, enrichissante et pétillante. Et puis, quel pied de pouvoir partager de telles aventures en couple !

  2. delmotte jacques le 4 janvier 2018 à 12 h 53 min dit :

    Je suis comme Méli Mélo, candauliste depuis des années notre couple s’est épanouis au travers des rencontres intime de ma femme avec ses amants, cela en ma présence ou non. Oui cela mène aussi au triolisme ou le plaisirs de madame avec son amant et moi en même temps. Le mot cocu me semble dès lors tout a fait inapproprié puisque c’est a ma demande que ma femme a franchis le pas de l’infidélité consentie librement, mais partagée au vu et au su de moi même.

  3. NO, j’aime pas ça!
    Je peux partager beaucoup de choses, mais pas mon amant.
    Si elle aime vraiment le trio, je préfère acheter une poupée sexuelle masculine en ligne, même si mon magasin ne l’a pas.

  4. Thierry Thomassin le 5 janvier 2018 à 13 h 45 min dit :

    Bonjour
    Ma femme et moi aimerais voir ses quoi exactement l échangiste
    Si sa plait à ma femme et à moi je demanderais de faire un mixte
    Moi ma femme et un autre homme
    Si il y a d autre personne qui l on fait merci de bien vouloir me donner plus de renseignements sur cela
    Comment sa se passe
    Etc
    Merci de votre reponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Captcha Reload

Navigation des articles