Est-elle clitoridienne ou vaginale ?

Vous rencontrez une nouvelle partenaire, et vous n’avez qu’une envie : lui offrir la meilleure nuit de sa vie. Mais pour lui faire prendre son pied et la faire jouir comme jamais, vous êtes confronté à un dilemme : est-elle plutôt clitoridienne ou vaginale ? Pour vous aider à y voir plus clair, on vous explique tout ici !

Votre partenaire est plutôt clitoridienne ou vaginale ?

« Clitoridienne ou vaginale ? » Cette question anime une grande partie de vos soirées potes ? Vous n’êtes pas le seul ! Et pourtant, nous allons devoir briser le mythe dès maintenant : la séparation entre une femme clitoridienne et une femme vaginale n’a pas vraiment lieu d’être. En effet, l’orgasme féminin passe dans tous les cas par le clitoris, et non pas par les parois du vagin. La différence entre une femme et une autre résulte plutôt sur la stimulation de ce clitoris, qui peut être externe, sur la partie visible que tout le monde connait bien (on l’espère en tout cas), ou interne, car le clitoris s’étend également à l’intérieur du vagin, sur une grande partie de celui-ci ! Certaines femmes jouissent alors plutôt avec une stimulation externe du clitoris (la majorité des femmes), tandis que d’autres ont besoin d’une stimulation interne de celui-ci pour jouir. Le clitoris et le vagin sont deux organes complémentaires, et le clitoris, qui semble plutôt petit à première vue, de l’extérieur, recouvre en fait la majorité des parois du vagin, et mesure jusqu’à 11 cm sur sa partie interne ! Il est très riche en capteurs sensoriels, et c’est eux qui vont procurer du plaisir à une femme en étant stimulés.

Dans ce cas, existe-il réellement une différence de puissance entre un orgasme externe et un orgasme interne ? Nous aurions plutôt tendance à dire oui. En effet, lorsqu’une femme jouit, dans tous les cas, son clitoris, gonflé par l’excitation, est à l’origine du plaisir qu’elle ressent. Mais, lorsqu’une femme est stimulée de façon interne, à l’excitation de son clitoris s’ajoute des contractions vaginales involontaires au moment de l’orgasme, qui vont décupler ses sensations. Ces contractions sont parfois aussi présentes lors d’un orgasme provoqué par une stimulation externe, mais restent quand même beaucoup moins fortes. C’est pour cela qu’on dit que les femmes vaginales ont des orgasmes plus puissants !

Et, dernière grande question qui vous tourne dans la tête : comment savoir si une femme est clitoridienne ou vaginale ? Pour cela, la première piste est de regarder comment elle apprécie les préliminaires ! Si elle veut qu’ils durent des heures, elle est clitoridienne, si elle demande tout de suite à ce que vous la pénétriez, elle est plutôt vaginale ! Et après, il suffit de tester différentes stimulations, et de voir comment elle réagit …

En sachant cela comment faire jouir une femme selon cette préférence ?

Pour que cela reste plus clair pour vous, nous allons continuer d’utiliser les termes de « clitoridienne » et « vaginale » : clitoridienne pour une femme qui jouit grâce à une stimulation externe, et vaginale pour une femme qui préfère les stimulations internes. Et tout vous dire sur la meilleure façon de faire jouir les unes et les autres !

Faire jouir une femme clitoridienne : le bonheur est au bout des doigts

La majorité des femmes préfère une stimulation externe du clitoris pour atteindre l’orgasme. C’est un orgasme plus facile à déclencher qu’en interne. Vous avez déjà de la chance de ce côté-là, vous allez pouvoir atteindre votre but plutôt facilement. A condition quand même de maitriser quelques techniques et d’user d’un doigté précis !

Pour les femmes clitoridiennes, les préliminaires sont rois ! C’est avec des préliminaires que vous allez bien pouvoir stimuler le clitoris sur sa face externe, bien plus que lorsque vous serez dans le feu de l’action. Donc, prenez votre temps pour caresser votre partenaire. Commencez vos préliminaires par effleurer doucement son clitoris, tout en caressant également son ventre, ses hanches et l’intérieur de ses cuisses, puis occupez-vous du clitoris de manière plus précise, en effectuant des mouvements de rotation ou de va-et-vient, selon les préférences de votre partenaire. Vous pouvez aussi réaliser un cunni, qui est le graal des femmes clitoridiennes pour monter en puissance ! Dans ce cas, on a une petite astuce à tester pour les faire décoller : effectuez un petit mouvement de succion avec votre langue et votre bouche sur le clitoris de votre partenaire… et voyez l’effet que ça lui fait !

Une fois passée l’étape des préliminaires, pendant la pénétration, choisissez des positions où vous pouvez continuer à stimuler son clitoris, soit avec vos mains, soit en frottant votre pubis contre son clitoris à chacun de vos mouvements. Par exemple, le missionnaire est idéal pour lui permettre de profiter des frottements de vos deux corps. La levrette, elle, vous laisse les mains libres pour quelques caresses, tout comme l’amazone (la femme est assise sur vous, qui êtes allongé).

Même si vous êtes dans le feu de l’action, et que vous sentez bien que la pression commence à bien monter de votre côté comme tu siens, gardez en temps qu’un clitoris reste un petit être fragile : allez-y doucement dans la stimulation, au risque de lui faire plus de mal que de bien. Si vous avez peur de vous faire emporter par l’excitation, vous pouvez aussi lui demander de se toucher elle-même, pendant que vous la pénétrez. Et là, à cette vue, on parie que vous n’allez pas tenir très longtemps …

L’orgasme chez une femme vaginale : patience pour plus de puissance

Chez une femme vaginale, l’orgasme est quelque chose qui se mérite : armez-vous de patience, car vous allez en avoir besoin, mais le jeu en vaut la chandelle.

Comme pour toutes les femmes, les femmes vaginales ont besoin de préliminaires pour se mettre dans l’ambiance sexe et lâcher prise. Commencez, comme d’habitude, par stimuler le clitoris par quelques caresses, voire par un petit cunni bien réalisé. Mais, à la différence des femmes clitoridiennes, vous pouvez assez rapidement passer à l’étape pénétration, en commençant par la doigter, pendant que vous la léchez par exemple. Insérez un doigt dans son vagin, en effectuant des mouvements de va-et-vient, puis passez à deux, lorsqu’elle commence à être bien lubrifiée. Continuez en même temps à stimuler le clitoris avec votre autre main ou votre langue, ce n’est pas parce qu’une femme est vaginale qu’il faut négliger ce bouton magique !

Enfin, vous pouvez passer à l’étape pénétration sans attendre. Ici, privilégiez les positions avec une pénétration profonde, qui va permettre à votre partenaire de bien sentir vos mouvements. L’enclume par exemple est à tester d’urgence : variante du missionnaire, elle est idéale pour une pénétration profonde. Votre partenaire est sur le dos, et relève ses jambes jusqu’à toucher vos épaules. Vous la pénétrez de face. Vous pouvez glisser un coussin sous ses fesses pour que ce soit plus facile. C’est grâce à vos mouvements, qui vont stimuler la partie du clitoris située sur les parois internes de son vagin, que votre partenaire va prendre son pied. C’est pour cela que ça peut prendre plus de temps que pour une stimulation externe : vos mouvements doivent faire mouche, et surtout se répéter pour que l’excitation monte lentement mais surement ! Et si vous êtes bien parti, vous allez très vite le savoir : ses gémissements en diront long !

Alors, et vous, vous préférez les femmes clitoridiennes ou vaginales ?

Partagez cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Navigation des articles

Un commentaire sur “Est-elle clitoridienne ou vaginale ?

  1. super article, en plus ça tombe bien vu que la saint valentin approche!
    Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Captcha Reload